Vous trouverez en toute fin de blog ,
classés par ordre alphabétique ,
tous les libellés des billets publiés
Je ne voyage pas pour aller quelque part , mais pour voyager
Je voyage pour le plaisir du voyage
L'essentiel est de bouger
d'éprouver d'un peu plus près les nécessités et les aléas de la vie
de quitter le lit douillet de la civilisation et de sentir sous ses pieds le granit terrestre avec par endroits , le coupant du silex .
Robert Louis Stevenson " Voyage en Cévennes "

Translate

vendredi 30 juin 2017

Confortable comme un galet de la Durance

La dernière " conquête " de Sacha pour un sommeil tout confort :)

mercredi 28 juin 2017

Mont Liausson ou Pic St Jean ,ermitage de Liausson , vue sur le Lac du Salagou

ainsi que le village de Mourèze : "ICI"
I "
Du point 3 partir pour le Mont Liausson et l'Ermitage  par le sentier des charbonniers 
Sur la ligne d'horizon le Mont Liausson
Vue sur le Mont Liausson
Au fond le Mt Liausson ou Pic St Jean
Chemin des charbonniers 
Cette activité existe dans la vallée du Salagou depuis le XVIIIeme 
L'unique piste du cirque  a été tracée par les chariots des charbonniers italiens qui transportaient à pied leur charbon de bois depuis le Bas du Mt Liausson à la route 
Pour obtenir 1000 kg de charbon de bois il fallait env 5000 kg de bois 
C'était un comestible intéressant car il ne dégageait pas de fumée, était plus léger que le bois, donc plus facile à transporter 
Les charbonnières fonctionnèrent encore durant la guerre pour alimenter les voitures se déplaçant au gazogène 
Les charbonniers vivaient au village mais durant la combustion , ils restaient sur place pour surveiller 
Ils construisaient un abri en forme de dôme pour surveiller et se protéger des loups encore présents à cette époque 
La meule ronde en forme de demi-sphère se composait de bûches de 40 à 80 cm de long 
Une fois bien rangées , les bûches  étaient recouvertes de terre afin que la combustion se fasse lentement et sans flamme
Une cheminée centrale   évacuait les fumées , 8 à 10 jours étaient nécessaires pour une combustion complète 
Regard en arrière sur le village et cirque de Mourèze 
Le sentier se fait très raide entre les points 4 et 5
Arrivée au sommet du Mt Liausson ou Pic St Jean
Dominant le village , il culmine à 500 m et fait barrière entre la dolomie du Cirque de Mourèze et la ruffe rouge de la vallée du Salagou 
Il mesure 800 m de diamètre à sa base 
Belle vue sur le Lac du Salagou ( clichés suivants )
Du Pic St Jean ou Mt Liausson" 535 m " vue plongeante sur le Lac du Salagou
Village de Liausson ( gros zoom )
Les ruines de l'Ermitage , interdites car dangereuses 
Le premier ermite mentionné dans les textes en 1183 s'appelait Enjalbert 
Il vivait dans des grottes , nombreuses  sur ce massif 
En 1232 , Pons du Bosc et Pierre Gontier débutèrent la construction de l'ermitage 
Vers 1254 , deux religieux s'ajoutèrent aux fondateurs 
L'ermitage passa aux mains des hospitaliers de l'Ordre de St Jean de Jérusalem de Nébian , après avoir été placé sous la protection de l'évêque de Lodève
A cette date y vivaient quatre ermites, trois prêtres et un laïc Ponce Gazel 
Ce dernier était un habitant du village , attristé de la vie qu'il menait 
Il décida de se retirer du monde pour vivre en ermite
Il se fixa dans une grotte afin de vivre en harmonie avec Dieu 
Ce fut le commencement d'une communauté religieuse retirée du monde 
Ils construisirent au sommet de la montagne un petit monastère avec son église et ses règles monastiques 
Autour de l'église , des petites maisons pour les fidèles 
Cet ermitage resta longtemps un lieu de retraite et de prière 
Pour diverses raisons la communauté s'éparpilla et il ne resta que les ermites 
La chapelle ne servit que de station lors des processions des Liaussonnais sur la colline pour demander la pluie ou l'arrêt des maladies 
L'ermitage pris le nom de St Jean par rapport à l'ordre des Chevaliers de St Jean de Jérusalem de Nébian 
En 1650 l'église fut indiquée comme détruite 
Il y avait une fresque datée du XIVeme sur un des murs de la chapelle mais ce mur s'effondra dans les années 1920 et la fresque disparue 
Cette église est mentionnée au XIIIeme , elle mesurait 12 m par 6 , orientée E/O avec une nef unique 
Elle était éclairée par deux petites baies
Il y avait un réfectoire , un dortoir et une petite cour avec un bassin 
Dans un angle une citerne pour récupérer les eaux de pluie, un jardin , des abris pour les bêtes et un petit cimetière composaient également cet ermitage 
A coté de la chapelle , le logement des ermites avec citerne et un cellier 
A l'extérieur , un petit bassin et un jardin , le tout était clôturé car à cette époque les loups vivaient encore sur le site   

Rando facile quelques passages sportifs surtout entre les points 4 à 5 cela grimpe sec 
Entre les points 5 et 6 le sentier va progressivement redescendre , puis plus sèchement pour arriver à un petit sentier qui invite à descendre à gauche vers les Orgues , l'oublier ( séparation d'avec le circuit PR du Mont Liausson )  et continuer sur le balisage qui vire plein Nord pour retrouver le Col des Portes 
Descendre à gauche sur 700/800 m 
Quitter ce chemin puis s'engager à gauche et par un sentier sinueux atteindre les premières maisons de Mourèze par la rue du Cirque ( jonction avec le sentier des Courtinals ) 
Distance : 7 km 
PR :Jaune
Temps : 3 heures 
DP: 313 m
DN : 302 M
Point haut : 535 m
Point bas : 204 m
Difficulté : Moyen Boucle : oui 
Autres billets publiés sur ce site :
Le village de Mourèze : " ICI'


mardi 27 juin 2017

Le Cirque de Mourèze " Sentier des Courtinals " Hérault-Languedoc le Clermontais

Petite randonnée très facile , départ du parking de Mourèze  " carte ci-dessus : suivre le tracé des points 1 ; 2 ; 3  ( au point 3 prendre à gauche ,poursuivre jusqu'au  point 7 puis revenir au village sentier balisé PR " jaune "
Ce billet fait suite au village de Mourèze " ICI "
Le prochain billet sera consacré au Mont Liausson , Ermitage de Liausson et vue sur le Lac du Salagou 
Au parking vous sera demandé 3 euros il  vous sera remis le circuit de la rado " Cirque de Mourèze " version longue  7.5 km ou le circuit des Courtinals  version courte env 2.5 km 
Le circuit des Courtinals vous fera découvrir le chaos de rochers ruiniformes de calcaire dolomitique 
La version longue intègre en partie le sentiers des Courtinals et vous mènera par  le sentier des charbonniers  au sommet du Mont Liausson d'où vous pourrez admirer le Lac du Salagou et l'Ermitage de mont Liausson  en cours de chemin (regard arrière ) avec beaux points de vues sur le village de Mourèze 
Ce billet est consacré au sentier des Courtinals
Le Cirque de Mourèze est un site naturel d'une qualité exceptionnelle constitué par un chaos de rochers ruiniformes de calcaire dolomitique 
Cette roche provient des dépôts sédimentaires laissés par la mer, il y a 160 millions d'années 
Ce paysage fantasmagorique est l'oeuvre de l'érosion qui continue inlassablement à le ciseler et le sculpter 
Quelques mots sur la dolomie 
Le Cirque de Mourèze est constitué de terrains sédimentaires de la fin de l'ère secondaire comme le plateau du Larzac
Les dolomies sont un mélange de carbonate de chaux et de carbonate de magnésium 
L'érosion chimique de l'eau s'exerça de manière très irrégulière sur les carbonates donnant ainsi ces formes si particulières que l'on retrouve également sur le plateau du Larzac et au chaos dolomitique de Montpellier le Vieux 
Les  torrents d'eau ont permis de dégager les parties les plus tendres de la roche permettant de mettre à nu les gros blocs de pierre formant de véritables statues dressées vers le ciel
La pierre est peu effervescente aux acides , plus ou moins friables 
Elle provient des vastes dépôts des mers de l'époque Secondaire 
La dolomie subit l'érosion de l'eau , du vent , du chaud et du froid et la physionomie du Cirque évolue chaque année 
Certaines pierres sont appelées " roches pédonculaires" car leur base est plus effilée que leur sommet , comme un champignon
Les statues du Cirque :
Ces dolomies ont été érodées par la nature mais certains érudits locaux ont évoqué le fait que la main de l'homme y soit pour quelque chose sur certains rochers aux formes plus familières, de plus la plupart des traces d'occupation de l'homme  du néolithique furent découvertes près de ces roches sculptée
Au néolithique , ce lieu était habité par les hommes préhistoriques 
On y a trouvé plusieurs haches en silex , des pointes de flèches et des objets rares 
Ils avaient de l'eau , des abris naturels et de quoi se nourrir , ,l'endroit était idéal pour pour s'y installer 
Autrefois les bergers qui trouvaient des hachettes polies pensaient qu'elles étaient tombées du ciel et les prenaient pour des cadeaux venus des cieux 
Ils les perforaient pour en faire des pendentifs ou bien s'en servaient pour faire des battants de cloches pour les troupeaux
De nombreux autres vestiges  furent retrouvés  dans et autour du Cirque 
Il fut également retrouvé des pierres figures où l'on peut distinguer des têtes d'hommes ou d'animaux 
Les hautes parois des Courtinals forment des enceintes naturelles 
Entre les rocs , des drailles , des impasses des raidillons transformés en gradins et menant à des murailles aménagées en tours naturelles et en remparts  
Ce site accueille une grande diversité d'habitats accueillant un grand nombre d'espèce végétales et animales, dont 21 espèces d'oiseaux protégés :
Le grand Duc d'Europe 
l'Aigle de Bonelli
le faucon Crécerelle 
le Bruant Ortolan
la Fauvette Pitchou..d'autres espèces animales plus communes comme :
le Lézard ocellé 
la Couleuvre de Montpellier (   très  intimidante )
Petite note perso sur cette couleuvre 
Rencontrée 2 fois au cours de mes 5 ans de rando dans le Sud , une fois en bordure de falaise et une autre fois au fin fond d'une garrigue pierreuse couverte d'une végétation épaisse et sèche 
La première fois que je me suis retrouvée nez à nez avec  cette bestiole  , je ne  me suis pas sentie très  heureuse et encore moins à l'aise en  face de ce serpent   , cette couleuvre mesure adulte 2 m à 2.50 m  et pèse 3 kg elle est très impressionnante , mais cette dernière s'en alla avant que je puisse la prendre en photo ( 5 bons mètres nous séparaient )
Revenue à la maison , j'ai consulté plusieurs ouvrages pour apprendre que  ce serpent était une couleuvre de Montpellier , je crois me souvenir que c'est le plus imposant et le plus grand serpent d'Europe (  je me suis dit :Couleuvre ? cool !) en fait.... cette  bestiole n'est pas si cool ! 
La deuxième fois en cours d'une autre rando , je lui ai presque marché dessus et là elle a réagit tout autrement elle s'est dressée sur elle-même et s'est mise à souffler fortement de façon agressive en adoptant la parade du Cobra " grand moment de solitude pour moi qui randonne toujours seule ,  ...sachant qu'elle est opisthoglyphe ( crochets venimeux en arrière de la bouche , son venin reste tout de même  toxique  ) j'ai gardé un semblant de sang froid , en priant pour qu'elle ne me morde pas , tout en m'éloignant doucement , regard en arrière  avec une bonne marge entre nous deux pour constater qu'elle était  restée plusieurs mn dressée en posture d 'attaque ,   j'espère ne plus en rencontrer de sitôt   car il semble.....comment dire ...que ce serpent .aime l'attaque si l'on empiète son territoire .
la Rainette Méridionale 
le Hibou petit duc scops , 
la Huppe fasciée......j'allais oublier le scorpion ( jaune )du Languedoc cette région possède un autre point commun avec le Vaucluse les scorpions ici à la maison on en trouve des noirs de petite taille  jusque dans les lits pffffff ....mais ces derniers ne sont pas dangereux la piqûre est celle d'une abeille ou d'une guêpe 
Aujourd'hui , du fait de la déprise agricole et de la multiplication des pins d'Alep , ces milieux typiques se ferment , se recouvrent de broussailles et de végétation et perdent  leur spécificités en banalisant les paysages emblématiques du Grand site du Cirque de Mourèze 
Quelques espèces végétales à observer sur le site :
l'érable de Montpellier 
le micocoulier 
l'arbousier 
le laurier tin
le buis 
le cyprès 
le genévrier
le chardon, thym romarin ......des genêts d'Espagne*
Autrefois on se servait des genêts d'Espagne pour tisser une toile très solide dans laquelle étaient taillés des draps , des torchons des nappes 
A la fin du pastoralisme , c'est à dire au milieu du sicle dernier , la nature a repris ses droits dans le cirque , qui , d'un paysage qui était lunaire d'avant guerre est passé à un paysage de garrigue méditerranéenne
Il est INTERDIT de ramasser ou couper des végétaux sur le site !
En face le Mont Liausson , sujet de mon  prochain billet